Viktor Emil Frankl

  • Home
  • /Viktor Emil Frankl

Viktor Emil Frankl – fondateur de la Logothérapie

Né le 26 mars 1905 à Vienne (Autriche).

De 1915 à 1923 : Dès l’âge de 15 ans, Frankl correspond avec Sigmund Freud et lui fait parvenir de courts essai ; Freud fera publier l’un d’entre eux intitulé „L’origine des mimiques d’affirmation et de négation“ dans le Journal international de psychanalyse.

Au lycée, Frankl excelle dans ses études tout en demeurant critique et autonome ; il s’intéresse à la philosophie et suit des cours pour adultes en psychologie appliquée.

En 1921, Frankl donne sa première conférence sous le thème : „A propos du sens de la vie“. Au même moment, il devient membre actif des jeunes travailleurs socialistes.

1924 : Frankl est étudiant en médecine. Il rencontre personnellement S. Freud mais au même moment, il s’approche du cercle d’influence d’Alfred Adler (le fondateur de la psychologie individuelle).

1925 : Première publication de Frankl dans le Journal international de psychologie individuelle : „Psychothérapie et conception du monde“. Frankl essaie d’y éclaircir les confins entre psychothérapie et philosophie depuis l’angle particulier de la problématique des valeurs et du sens ; ce qui sera le leitmotiv de son travail et de ses recherches tout au long de sa vie.

1926 – 1927 : Dans le cadre d’un congrès de psychologie individuelle à Düsseldorf, Frankl présente un exposé : „La névrose comme expression et comme moyen (tactique)“. Frankl publie son propre périodique de psychologie individuelle : „L’homme dans la vie quotidienne“. Mais deux ans plus tard, Frankl devra cesser la publication de ce périodique ; car à cause d’opinions divergentes avec Adler, il sera exclu de l’Association de psychologie individuelle en 1927.

En 1926 Frankl devient vice-président de l’Association de psychologie médicale à Vienne. Dans le cadre de cette association, il utilise pour la première fois en public le mot „Logothérapie“.

1928 – 1929 : Frankl organise, d’abord à Vienne et ensuite dans six autres villes, des lieux de consultation pour la jeunesse ; les jeunes en crise peuvent s’y rendre gratuitement pour consultation. Parmi les conseillers bénévoles, on trouve par exemple Charlotte Bühler.

1930 : Frankl organise une campagne particulière pendant le temps des examens ; le résultat en est que pour la première fois à Vienne depuis plusieurs années, aucun étudiant ne se suicide. Frankl donne chaque semaine un cours d’hygiène psychique dans une école pour adulte de Vienne (un tel cours n’existait pas auparavant). Déjà avant son doctorat, il commence à pratiquer au département psychothérapeutique de l’hôpital psychiatrique de l’université à Vienne. Après sa promotion, il continuera comme assistant au même endroit.

1931 – 1932 : Il suit une formation en neurologie.

1933 – 1936 : Frankl dirige le „pavillon des femmes suicidaires“ à l’hôpital psychiatrique de Vienne où il traite par la psychothérapie à peu près 3000 patientes par année.

1937 : Il ouvre un cabinet spécialisé en neurologie et psychiatrie.

1938 : Pour la première fois, les termes de „Logotherapie“ et „Existenzanalyse“ sont utilisés dans les publications scientifiques de Frankl. Les armées hitlériennes entrent en Autriche. Frankl dirige le département de neurologie à l’hôpital Rothschild de Vienne, où l’on traite exclusivement des patients juifs (une nouvelle loi nazie oblige les médecins juifs à soigner uniquement d’autres juifs). Frankl sabote au risque de sa vie les ordres nazi concernant l’euthanasie pour les malades mentaux ; il falsifie les diagnostics lors des examens médicaux. Il publie plusieurs essais en Suisse (on lui interdit de publier en Autriche) et commence à écrire la première version de son livre : „Ärztliche Seelsorge“ (Le soin de l’âme par le médecin).

1939 : Un visa est offert à Frankl pour aller vivre aux Etats-Unis, mais il se refuse à l’utiliser car il ne veut pas abandonner ses parents âgés.

1941 : Il se marie avec Tilly Grosser.

1942 : En Septembre, sa famille est arrêtée et déportée au camp de Theresienstadt en Bohême. Une seule de ses soeurs avait auparavant réussi à s’enfuir en Australie. A Theresienstadt, son père meurt de faim.

1944 : Viktor et Tilly Frankl sont transportés à Auschwitz. Arrivé au camp, le manuscrit de son livre „Ärztliche Seelsorge“ ainsi que ses derniers menus avoirs personnels lui sont enlevés. Sa mère et son frère arriveront plus tard à Auschwitz et y laisseront la vie. Frankl est encore transporté dans deux autres camps (Kaufering et Türkheim – près de Dachau).

1945 : Au camp de Türkheim, Frankl tombe malade du typhus ; pour ne pas succomber à une attaque cardio-vasculaire, il s’empêche de dormir la nuit et essaie donc de reconstruire son livre par des notes de sténographie sur de petits bouts de papier (petit crayon et formulaires SS furent volés par un compagnon de camp et offerts à Frankl pour son quarantième anniversaire). En Avril, les prisonniers des camps sont libérés. Frankl retourne à Vienne où il apprend la mort de sa jeune femme Tilly, morte d’épuisement peu après sa libération du camp de Bergen Belsen. Frankl devient directeur de la polyclinique neurologique de Vienne et y demeure 25 ans. Avec la version reconstruite de son livre „Ärztliche Seelsorge“ il se qualifie pour l’enseignement supérieur. Dans la foulée, il dicte en 9 jours le livre „Un psychologue fait l’expérience du camp de concentration“ – qui sera plus tard traduit sous le titre français : „Découvrir un sens à sa vie“. Jusqu’à aujourd’hui (2004), la version anglaise de ce livre „Man’s search for meaning“ a été vendu à plus de dix millions d’exemplaires. Depuis 1977, onze nouvelles éditions ont été publiées en allemand.

1946 : Frankl commence à établir la „troisième école viennoise de psychothérapie“ en publiant d’autres oeuvres. Il se remarie et devient père d’une fille (qui dirige aujourd’hui l’Institut Viktor Frankl de Vienne). 1947 : Son livre „Le temps et la responsabilité“ est publié. Tous ces livres déjà parus sont dédiés aux membres décédés de sa famille.

1948 : Frankl obtient son doctorat de philosophie en dissertant sur le thème : „Le Dieu inconscient“.

1949 : Il donne des cours à l’université de Vienne ; le contenue de ces cours est publié sous le titre „L’Homme inconditionnel“.

1950 – 1953 : Il fonde l’Association autrichienne de psychothérapie et en devient le premier président.

1954 : Les universités de Londres, Amsterdam et Buenos Aires invitent Frankl pour diverses conférences. Gordon Allport fait publier ses oeuvres.

1955 : Frankl devient professeur à l’université de Vienne et commence à enseigner dans plusieurs autres universités comme professeur invité.

1970 : A San Diego (Californie), le premier institut de Logothérapie au monde est fondé dans le cadre du „United States International University“. Depuis, Frankl a été nommé docteur Honoris Causa de 29 universités ou collèges.

1993 : Lors du neuvième congrès mondial de logothérapie qui eut lieu à l’université de Toronto, quatre ans avant sa mort, des experts en logothérapie vinrent de 27 pays différents.

1997 : Frankl meurt à Vienne.

26.3.2005 : 100ième anniversaire de la naissance de Frankl. De nombreux congrès de logothérapie ont lieu en son honneur (par exemple à Vienne, à Salzburg, à Budapest, à Mainz, à Lyon …)

On trouve aujourd’hui des instituts, des centres et des associations de logothérapie dans plus de 30 pays (répertoriés sur le site www.viktorfrankl.org). Viktor Frankl a écrit 32 livres, traduits en 32 langues. Il a été invité par 206 universités à travers le monde et a reçu 29 titres de docteur honoris causa. Plus de 660 livres et thèses scientifiques ont été écrits sur la logothérapie. Outre les psychothérapeutes, psychiatres et neurologues, métiers qu’exerçait Viktor Frankl lui-même, d’autres professionnels ont découvert la richesse et les possibilités d’application de sa pensée : médecins (p. ex. cancérologues et médecins de soins palliatifs), psychologues, philosophes, théologiens, éducateurs, enseignants, conseillers pédagogiques, coachs, juristes, assistants sociaux et professions paramédicales.